Droits en santé et services sociaux : une campagne nationale est lancée

Conférence Droits en santé Dans l'ordre habituel, Claude Lahaie, secrétaire du CAAP Abitibi-Témiscamingue et vice-président de la FCAAP, Angèle Mayrand, présidente, et Caroline Simard, directrice générale du CAAP Abitibi-Témiscamingue, Manon Fortin, directrice générale de la FCAAP, Monique Rousson, vice-présidente de la FADOQ région Abitibi-Témiscamingue et Jacques Lafrenière, président de la Table régionale.

Par Lili Germain

La Fédération des centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes (FCAAP) a tenu une conférence de presse à Rouyn-Noranda le 26 avril dernier pour lancer une campagne nationale de sensibilisation des droits des personnes aînées dans le domaine de la santé. La Table régionale de concertation des personnes aînées de l’Abitibi-Témiscamingue, le CAAP Abitibi-Témiscamingue et la FADOQ s’associent à la FCAAP pour faire de cette campagne de sensibilisation un succès dans la région.

Les objectifs de la campagne

La directrice générale du FCAAP, Mme Manon Fortin, a indiqué que plusieurs personnes ignorent encore qu’elles peuvent exprimer leurs insatisfactions face au réseau de la santé et des services sociaux. Cela est inquiétant dans le contexte où la population vieillissante est en croissance et requiert de plus en plus de services. Toute personne croyant que ses droits ne sont pas respectés peut porter plainte ou exprimer son insatisfaction en toute confidentialité.

La campagne de sensibilisation de la FCAAP vise d’abord à joindre les personnes aînées et leurs proches aidants et à les informer de l’existence des droits dont ils disposent lorsqu’ils reçoivent des services et des soins du réseau de la santé et des services sociaux.

Le deuxième objectif visé est de sensibiliser les personnes aînées au fait qu’elles ne devraient pas hésiter à faire valoir leurs droits et à exprimer leur insatisfaction. La campagne s’articule autour d’une tournée des régions du Québec et s’appuie sur divers outils d’information et promotionnels.

Participants à la conférence de presseParticipants à la conférence de presse - Connaitre ses droits en santé et services sociaux  
 

Exprimer son insatisfaction

La Loi sur les services de santé et les services sociaux prévoit un régime d’examen des plaintes permettant à une personne d’exprimer son insatisfaction ou de déposer une plainte pour faire respecter ses droits ou sa dignité ou simplement pour faire connaître les raisons de son insatisfaction. S’exprimer peut aider à corriger une situation ou encore à améliorer la qualité des services. Il ne faut donc pas hésiter à se manifester.

La procédure d’examen des plaintes prévoit un premier recours auprès du Commissaire aux plaintes et à la qualité des services de l’établissement. En cas d’insatisfaction des conclusions du Commissaire, un deuxième recours peut être déposé auprès du Protecteur du citoyen. Dans ce cas, la plainte peut concerner les services du réseau de la santé et des services sociaux, les organismes communautaires, les résidences d’hébergement privées certifiées, les services pré-hospitaliers d’urgence, les ressources de type intermédiaire ou de type familial ou encore Info Santé / Info Social.

Une plainte touchant un médecin, un dentiste, un pharmacien ou un résident œuvrant dans un établissement de santé et de services sociaux doit être déposée auprès d’un médecin examinateur, puis, en deuxième recours, auprès d’un comité de révision. Le Conseil des médecins, dentistes et pharmaciens prend, quant à lui, en charge l’étude des plaintes touchant l’aspect disciplinaire.

Précisons qu’une plainte provient généralement d’une personne subissant une situation qu’elle dénonce, mais elle peut aussi provenir d’un proche agissant comme son représentant. Un signalement est pour sa part fait par quelqu’un qui constate une situation posant problème pour une ou plusieurs personnes.

Aide disponible

Les centres d’assistance et d’accompagnement aux plaintes (CAAP) sont mandatés pour soutenir les personnes qui entreprennent une démarche de plainte. On en retrouve dans toutes les régions du Québec et leurs services sont professionnels, gratuits et confidentiels.

Vous craignez des représailles, vous trouvez la démarche difficile ? Les CAAP peuvent vous informer quant à vos droits et aux procédures d’examen des plaintes, vous aider à rédiger votre plainte et à préparer votre dossier et vous accompagner dans votre démarche. Leurs services peuvent s’avérer très précieux, surtout dans le contexte de l’actuelle réorganisation des services dans le domaine de la santé et des services sociaux.

Le comité des usagers de l’établissement visé par une plainte a, pour sa part, le mandat de défendre les droits et les intérêts des usagers du réseau de la santé et des services sociaux. Enfin, la ligne téléphonique Aide Abus Aînés offre du soutien sur une base anonyme et confidentielle.  

Pour plus d’informations, consultez le site du Portail Santé Mieux-être :
https://www.quebec.ca/sante...

Commissaire aux plaintes de l’Abitibi-Témiscamingue :
CISSS de l’Abitibi-Témiscamingue, 1 888-764-5531

CAAP Abitibi-Témiscamingue : www.caapat.com  1 877-767-2227

FCAAP : 1 819-797-2433 info@caapat.com 

Aide Abus Aînés : 1 888-489-2287

Protecteur du citoyen : 1 800-463-5070 www.protecteurducitoyen.qc.ca

 

Article complémentaire : Quels sont vos droits en santé ? 
Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, juin 2016.
Crédit photos: Lili Germain

Articles dans la catégorie

Droits en santé et Aide

Il est nécessaire de parler pour agir en prévention du suicide...

Guide des ressources pour obtenir rapidement du soutien et de l'aide à Rouyn-Noranda...

Faire remplir un formulaire par notre médecin de famille nous coûte combien?