Une première saison satisfaisante pour la maraîchère Gabrielle Bruneau

Gabrielle Bruneau, maraîchère à Évain

Par Roxanne Jalbert

Cet été, quinze (15) familles chanceuses ont pu déguster les succulents légumes produits par Gumbo & Légumes. La réception du panier rempli de légumes fraîchement cueillis à chaque vendredi a été pendant 16 semaines un moment spécial de la semaine autant pour les petits que les grands.

Quel plaisir d’admirer ce panier rempli de couleurs et de déguster les carottes, les tomates cerises et tous les autres légumes cultivés ici même à Évain. Gabrielle Bruneau est la maraîchère grâce à qui toutes ces familles ont pu se nourrir de produits frais, locaux et cultivés avec beaucoup d’attention tout au long de l’été. Mais qu’est-ce qui l’a incité à se lancer dans cette aventure d’avoir sa propre ferme nourricière ?

Quelques-uns des légumes récoltés.

Ayant effectué un baccalauréat en environnement à l’Université de Sherbrooke, Gabrielle a toujours eu comme but de pouvoir réduire à la source ses impacts sur l’environnement et ceux des autres. À la fin de son baccalauréat, elle a travaillé pour un organisme de gestion des déchets lors de festivals, etc. Elle a toutefois constaté que cette avenue ne permettait pas la réduction à la source, mais que c’était en fait de la mitigation qu’elle arrivait à faire. Ayant une tante qui opère une ferme maraîchère, Gabrielle y a travaillé pendant 2 ans. Suite à cela, elle avait comme projet de faire du « woofing1 » lors de l’été 2020, mais la pandémie a cependant changé ses plans. Ne pouvant pas réellement voyager, elle a travaillé dans une serre à Gatineau où elle a pu acquérir de l’expérience dans le domaine.

Comme son frère et sa conjointe sont propriétaires de la terre familiale, Gabrielle a saisi l’opportunité d’utiliser une portion du terrain afin de lancer sa propre ferme maraîchère. En plus de pouvoir effectuer des tâches qu’elle apprécie, cela lui permet d’avoir un impact direct sur la réduction à la source autant pour elle que pour les gens qui bénéficient de ce qu’elle produit. Elle a donc rédigé un plan d’affaires, obtenu les permis nécessaires et s’est lancée dans cette aventure.

Cette première année de maraîchage a fait place à plusieurs premières fois : Première fois à cultiver le terrain en question, première fois à cultiver des légumes de A à Z, etc. Gabrielle a dû surmonter plusieurs défis. Tout d’abord, elle a vite réalisé qu’elle avait sous-estimé tout l’aménagement et les installations qui sont requises pour une ferme maraîchère. Au début de l’été 2020, la seule chose qui était présente sur le terrain était un fossé pour aider au drainage du terrain. Elle a donc dû effectuer l’aménagement du terrain, créer des buttes pour planter les plants, installer des tunnels pour les protéger, etc. Pour arroser les plants, elle a dû installer un système d’arrosage impliquant de se familiariser avec le fonctionnement d’une pompe, les raccordements électriques, etc. Elle s’est vite rendu compte que, malgré l’ardent désir de semer pour enfin voir les plantes pousser, il y a beaucoup d’autres tâches à effectuer.

Gabrielle devant une serre en construction
 

Gabrielle prépare la terre avec son tracteur.

De plus, l’été 2021 a débuté par un gel qui a surpris même les cultivateurs les plus expérimentés de la région. À ce moment, Gabrielle a cru qu’elle avait perdu plusieurs plants, dont toutes ses tomates et cerises de terre. À sa grande surprise, les tomates ont fait de nouvelles tiges et les cerises de terre ont repris. Utilisant un tracteur datant de la fin des années 50, celui-ci avait eu quelques dysfonctionnements. Elle a donc dû apprendre à faire de la mécanique. La bonne nouvelle, c’est que pratiquement tous les systèmes du tracteur ont dû être réparés à un moment ou à un autre. Donc, pratiquement plus rien ne pourra briser lors de la saison 2022. Au fil du temps, Gabrielle a dû s’ajuster et revoir ses objectifs à la baisse. Elle a entre autres mis de côté la construction d’un kiosque pour un moment ultérieur.

Heureusement, Gabrielle a pu bénéficier du savoir-faire de son frère qui a une formation de mécanicien, de sa mère qui a contribué grandement à la construction des installations et de l’aide de plusieurs membres de la famille. Comme le dit si bien Gabrielle : Cette précieuse contribution donne tout son sens au terme « ferme familiale ».

De beaux légumes dans le champ.
 

De beaux rangs de légumes, avec la maraîchère plus loin.

Le constat de Gabrielle dans tout ça ? Avoir une ferme maraîchère demande énormément de travail et les moments de répit pendant l’été sont quasi inexistants, surtout en étant une ferme en démarrage. Beaucoup d’apprentissages ont été requis tout au long de l’été, mais le tout en a valu la peine.

Une chose est certaine, Gabrielle peut être fière de ce qu’elle a réalisé au cours de ce premier été au sein de Gumbo & Légumes. C’est avec impatience que ses clients attendent le début de la saison estivale 2022.

-----
1. Woofing : Travailler bénévolement sur une ferme en étant logé et nourri.

 

Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, novembre 2021.
Crédits photo : Gabrielle Bruneau et Marie Carneiro.

Articles dans la catégorie

B

Le roman "Du soleil à la lune" raconte le parcours d'une adolescente confrontée à de durs événements...

La bannière Provigo annonce l’arrivée officielle du nouveau propriétaire de l’épicerie située à Évain…

M. Brodeur fut très apprécié par ses élèves, ses parents et ses acolytes...