Arc-en-ciel

Par Louise Villeneuve

De nombreux pays ont mis en place un confinement temporaire pour freiner la propagation du coronavirus. C’est une période qui n’est pas facile pour tout le monde. Malgré tout, nous pouvons en tirer une expérience positive.

Pour soi
Rester à la maison signifie aussi ralentir le rythme et avoir enfin la possibilité de prendre son temps. Avoir le temps de lire et de relire nos meilleurs livres, de bien cuisiner, d’inventer des jeux pour les enfants, d’observer les oiseaux et les étoiles, de faire de la gymnastique, du yoga, des casse-têtes, des jeux de société… S’ennuyer un peu, cela permet parfois de retrouver l’essentiel, ce qui compte pour nous !

Pour nos proches
Le confinement est une bonne période pour mieux connaitre ceux qui habitent avec nous et pour rétablir des liens avec des amis ou des membres de la famille, simplement en leur téléphonant pour avoir des nouvelles.

Solidarité
Un peu partout, des gens ont entrepris de belles initiatives pour aider d’autres personnes autour d’eux. Ils distribuent de la nourriture, des masques, des vidéos, des marques d’espoir et de solidarité... Surtout, nous avons pris conscience de l’importance des travailleurs essentiels, celles et ceux qui assurent l’approvisionnement et le service à l’épicerie, qui prennent soin des malades, qui aident les plus démunis. Merci à toutes les personnes qui ont continué à œuvrer pour aider les autres.

Pour la Terre
Un effet secondaire de la pandémie, c’est une réduction temporaire de la pollution. Si les activités humaines peuvent être ralenties en même temps un peu partout dans le monde, c’est encourageant pour l’avenir de la Terre.

Même si le confinement peut être perçu comme une épreuve, c’est aussi une période pour élargir notre perception du monde et pour choisir d’observer ce qui deviendra plus tard de bons souvenirs, malgré tout.

Marguerites 

Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, été 2020.
Crédits photo : Louise Villeneuve.

Articles dans la catégorie

Chronique-humeur

Les contraintes de distanciation au début de l'été 2020...

Lors d'une période confinement, il nous reste à nous occuper et nous savons comment...

À près de 75 ans, est-ce que je peux m’appartenir à moi-même et non à un quelconque "nous" collectif ?