Le tissage est l'art des reines

Cercle Fermieres Img 3217M

Par Isabelle Cayouette

La vie culturelle se manifeste de multiples façons : la musique, la peinture, la sculpture, le théâtre, mais aussi l’habillement. Pour arriver à « habiller », un vêtement doit d’abord être confectionné. L’origine de la fabrication des tissus se perd dans la nuit des temps. C’est vraisemblablement l’un des premiers arts nés des besoins et de l’imagination de l’homme.

La nature offrit à l’homme primitif les outils essentiels et les matières premières pour se vêtir : les feuilles d’arbres, les feuilles de palmier, l’osier, le roseau. Avec le bambou, les os, les arêtes de poisson, l’homme fit des aiguilles, puis des fils avec les longues fibres végétales. Ensuite, les hommes apprirent à tresser les fils pour en faire des nattes, des filets de pêche, des toits pour s’abriter. En raffinant leurs fibres, ils apprirent à croiser des fils de diverses façons afin de se vêtir autrement qu’avec des peaux de bêtes.

En Chine, 4000 ans avant Jésus-Christ, on travaillait déjà le lin et le chanvre. Autour de 2500 ans avant J.C., on découvrit la soie provenant d’un cocon d’une sorte de ver, que l’on appela le ver à soie. On apprit à en faire des fils et à les tisser. À cette époque, c’est devenu un produit très recherché et un commerce très lucratif. 

En Inde, on travaillait le chanvre, le coton et la laine de moutons, des chèvres et même de poils d’animaux divers (vaches, chiens) ainsi que des plumes.

Ces peuples de l’Antiquité, chinois, assyriens, perses, égyptiens, inventèrent des métiers très rudimentaires, des métiers à main. Avec le temps, ils perfectionnèrent leurs techniques et leurs outils.

Assez tôt, les tisserands apprirent l’art de teindre les fibres, à les fabriquer de différentes grosseurs, ce que l’on appelle aujourd’hui le titrage des fils. Puis, ils ajoutèrent de l’or et plus tard, de l’argent, à leurs tissus pour enjoliver les vêtements de leurs souverains et dignitaires. Pour orner les palais et les lieux de culte, ils fabriquèrent de riches tentures qui rivalisaient avec les peintures.

De nos jours, en filature, on utilise quatre grandes catégories de fibres textiles :

  1. les fibres du règne animal : laine (mouton), angora (chèvre, mohair), soie (ver à soie), Alpaga (sorte de lama de l’Amérique du Sud);
  2. les fibres du règne végétal : lin, coton, jute, ramie (enveloppe fibreuse de la tige des fibres végétales);
  3. les fibres du règne minéral : amiante, verre (fibre de verre);
  4. les fibres chimiques : nylon, orlon, tergal, acrylique, etc.
     

À suivre : Le tissage est l'art des reines (suite et fin).

 

Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, février 2011.
Crédit photo : Le Cercle de Fermières d'Évain.
b.gif#asset:5741

Articles dans la catégorie

Cercle de Fermières

Les 24 et 25 novembre, à Évain, de nombreux artistes et artisans vous offriront une foule de cadeaux pour toutes les occasions...

Lors des journées de la culture 2018, les Fermières d'Évain ont présenté la technique de courtepointe "Des mots cousus"...

Du 25 au 27 octobre, les Fermières vendront leurs créations aux Promenades du Cuivre, pour aider la Fondation OLO qui fournit une aide alimentaires aux futures mamans...