Fanny Laporte, lors d'une compétition de sauvetage minier en Russie

Competition Mines Russie 2018 Au centre: Fanny Laporte, juste avant de descendre sous terre avec son équipe. Crédit photo: Brandy Bloxom.

Par Réjean Gouin

Compétition internationale de sauvetage minier

Fanny Laporte, une jeune femme qui a grandi dans notre quartier Évain, faisait partie d’une équipe qui allait briser une barrière importante au pays de monsieur Poutine. 

Vu d’ici, il est permis de croire que les femmes peuvent travailler dans tous les domaines et que rien n’est réservé aux hommes; il en va autrement dans d’autre pays. La Russie, par exemple, interdit aux femmes de travailler sous terre dans les mines. C’est justement ce qu’une équipe de huit canadiennes est allé démontrer lors d’une compétition internationale, le « IMRC Russia 2018 » (International Mines Rescue Competition) qui avait lieu dans la ville de Ekaterinbourg, quatrième ville en importance en Russie, au mois de septembre 2018. (Pour les amateurs d’histoire, c’est également dans cette ville que fut assassiné le dernier star de Russie, Nicolas II en 1918.)

L’équipe se nomme « Diamonds in the Rough » et compte huit femmes qui font partie des équipes de secours minier là où elles travaillent. S’étant rencontrées lors de compétitions antérieures, l’une d’elles, Kari Lentowicz, a eu l’idée de les regrouper pour en faire une équipe de secours minier entièrement féminine pour une compétition internationale.

C’est ainsi que des femmes de la Saskatchewan, du Manitoba, des Territoires du Nord-Ouest et du Québec se sont embarquées dans cette aventure. 

Vingt-cinq équipes étaient en compétition dans sept catégories telles : théorie, le combat d’incendie, les premiers soins, simulation de secours minier (sous terre), course à relais, etc. Deux équipes représentaient le Canada, soit Diamonds in the Rough et une équipe de la mine Tahoe de Timmins en Ontario. 

Deux femmes de la région faisaient partie de l’équipe toute féminine : Janie Blanchette de Val-d'Or et Fanny Laporte. Cette dernière, technicienne en environnement à Meadowbank pour Agnico Eagle, participe à différentes compétitions en secours minier depuis plusieurs années déjà. 

Qualifiée en combat d’incendie, bien que l’entraînement soit partie intégrante d’une équipe de secours minier, Fanny nous rapportait s’être entrainée de façon plus spécifique depuis le printemps dernier pour la portion de course à relais dont elle s’occupait. C’est elle également qui en assumait le rôle de capitaine. 

Très heureuse de la façon dont elles ont été accueillies en Russie, Fanny se dit fière et comblée de ce qu’elles ont accompli, nous rapportant qu’à plusieurs occasions des mineurs d’autres pays sont venus leur dire la joie de pouvoir rapporter à leurs filles l’exemple de l’équipe canadienne. 

L’équipe Diamonds in the Rough n’allait pas en Russie seulement pour se contenter de faire une primeur mondiale, elle aura montré tout le sérieux de l’affaire en terminant quinzième sur les vingt-cinq équipes, se méritant également le prix People’s choice Award. 

Qui sait si, bientôt, les femmes de certains pays de l’Europe de l’Est auront l’opportunité de travailler coude à coude avec des hommes dans le ventre de certaines mines, et ce, à cause d’un groupe de canadiennes qui ont osé donner l’exemple.

 

Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, décembre 2018 - janvier 2019.

Articles dans la catégorie

L

Notre maître de poste à Évain avait toujours quelques minutes pour discuter avec sa clientèle...

Un conte pour jeunes enfants où le chinchilla Gizmo s'amuse avec son fidèle ami Ti-Pain...

Louiselle Luneau est reconnue comme un modèle d'implication pour la cause des femmes...