Dscf5682 École St-Bernard, à Évain

Par Louiselle Luneau

Dans la série « Petite histoire du journal »

L’école St-Bernard

Lors de la dernière parution, je vous mentionnais que de nombreux articles avaient été écrits sur le projet du centre communautaire. Je dois vous avouer que plusieurs articles ont également été rédigés sur l’école primaire. 

Lors de la parution du journal (édition de mai-juin 1979), on parlait de transférer des élèves à Rouyn, car l’école était devenue trop petite pour accueillir tous les enfants du primaire. Les parents se sont mobilisés, le conseil municipal les a appuyés et les enfants ont écrit des lettres au Ministre de l’Éducation pour réclamer un agrandissement de l’école primaire.

Voici donc, quelques articles reproduits intégralement au sujet de l’école St-Bernard de notre quartier Évain.b.gif#asset:5741

Les transferts d’élèves à Rouyn

Mme Lise Desrochers, présidente du comité d’école – Mai-juin 1979

La Commission scolaire Rouyn-Noranda faisait connaître sa décision récemment de transférer dix de nos élèves de quatrième année à Rouyn. Suite à cette décision, une réunion spéciale des parents d’Évain, en date du 5 juin dernier, votait à l’unanimité des 85 participants la résolution suivante : 

« les parents d’Évain exigent que leurs enfants inscrits dans les écoles de la paroisse demeurent à Évain durant tout le primaire, et ce à compter de septembre 1979 ». Suite à cette résolution, l’assemblée a voté à l’unanimité de dix recommandations. Le texte de la résolution ainsi que les recommandations sont disponibles sur demande en joignant le comité d’école Saint-Bernard, tél. 768-6267.

Suite à cette décision unanime des parents d’Évain, les commissaires sont revenus à la charge en présentant deux hypothèses de solution : 

  • le statu quo face à la situation actuelle et la décision concernant le transfert des 10 élèves en question serait maintenu; 
  • maintenir tous les élèves inscrits aux deux écoles dans leur milieu, mais à la condition d’y implanter des classes à degrés multiples.

Lors d’une autre assemblée extraordinaire qui s’est tenue le 21 juin dernier à l’école Saint-Bernard, c’est la deuxième hypothèse qui a été retenue. Outre plusieurs parents, notons la présence de M. Paul-Arthur Dickey, commissaire, de cadres de la Commission scolaire et de M. Michel Barrette, directeur général de la Commission scolaire de Rouyn-Noranda.

Il est à noter que le Conseil municipal d’Évain avait adopté une résolution en date du 12 juin dernier appuyant toutes les revendications du Comité d’école. Il est admirable que notre Conseil, sous l’égide d’un maire comme M. Cotnoir, s’implique ainsi dans les besoins et aspirations de notre communauté, et ce à tous les niveaux.

Quant à la solution qui a été adoptée, elle est un moindre mal. Nous gardons ici nos enfants, pour l’année qui vient du moins, mais la lutte n’est pas terminée. Il nous faudra être vigilants. Nous devrons veiller à ce que nos intérêts soient respectés.b.gif#asset:5741

Le Comité d’école présente une résolution ferme à la commission scolaire

Maurice Descôteaux – Avril 1985

Le Comité d’école d’Évain, sous la signature de sa présidente, Mme Rose-Aimée Rhéaume, a logé une demande officielle à la commission scolaire, à l’effet que soit immédiatement étudié l’agrandissement de l’école. Demande antérieure avait été refusée, on s’en souviendra, par le ministère de l’éducation, ce dernier alléguant à l’époque qu’on retrouvait suffisamment d’espace disponible à Rouyn ou à Noranda pour y accueillir les surplus d’élèves en provenance d’Évain. 

Or, précise le Comité d’école dans un bref mémoire de cinq pages, la situation n’est plus aujourd’hui la même. L’école St-Bernard, aussi que l’école Notre-Dame, ont épuisé toutes les possibilités d’extension par l’intérieur. Le résultat en est qu’on manque d’espace, non seulement pour accueillir les élèves dans les classes, mais aussi pour une bibliothèque, un gymnase, des ateliers d’animation et même en toilettes, tous des locaux essentiels à la formation des enfants. 

Par ailleurs, l’expansion de la municipalité n’a cessé de se poursuivre depuis trois ans et elle ne sera pas non plus freinée dans les années qui viennent. En 1985, par exemple, le conseil municipal développe 32 nouveaux terrains pour le développement domiciliaire. Le parc des maisons mobiles peut encore accueillir une douzaine de familles et, si besoin était, ou pourrait encore développer plus de trente terrains. Et ce besoin pourrait bien se manifester bientôt puisque la mine Elder serait sur le point d’entrer en exploitation, alors que les travaux ont déjà débuté à la mine Eldrich-Flavrian. A elles seules, ces deux mines pourraient recevoir plus de 200 travailleurs, dont un bon nombre chercheront à résider à Évain. 

Et encore, depuis 1980, la population étudiante n’a cessé de croître. Si bien que, d’une part, les locaux à Évain deviendront nettement insuffisants et que, d’autre part, ceux si nombreux à Rouyn ou à Noranda sont présentement remplis. 

Or, ces faits ont conduit le Comité d’école à formuler une résolution dans les termes suivants : « Nous espérons que le projet d’agrandissement ou de la construction d’une nouvelle école sera étudié avec rapidité et sérieux et que d’ici peu, tous les enfants d’Évain pourront recevoir un enseignement de meilleure qualité que seule l’amélioration physique des lieux rendra possible. 

Pour sa part, le Comité de parents, à l’instar du conseil municipal, a adopté lui aussi une résolution à l’effet de demander « au conseil des commissaires de la commission scolaire Rouyn-Noranda d’inclure l’agrandissement de l’école d’Évain à son plan d’action 1985-1986 et qu’elle insiste auprès de la direction régionale du ministère de l’Éducation pour que le projet se réalise dans les plus brefs délais.b.gif#asset:5741

Lettre au ministre

Les amis de 4e année – Mars 1991

Bonjour Monsieur le Ministre,

Nous les amis de 4ième année C. rêvons de voir notre école St-Bernard agrandie, avant de la quitter pour le secondaire.

Présentement à l’école, nous avons plusieurs gros problèmes. En voici un qui est particulièrement pénible à vivre. Le manque d’espace dans les corridors. Lorsqu’on s’habille ou qu’on se déshabille, on se fait toujours bousculer. On est deux classes à se partager quelques mètres de surface de plancher. On se sent comme des sardines dans des boîtes de conserves. C’est un tour de force de réussir à se vêtir dans ces conditions. Vraiment les corridors sont beaucoup trop étroits.

En les élargissant, on pourrait remplacer les crochets et les tablettes par des casiers car un seul crochet par élève, c’est insuffisant pour suspendre le costume de neige, la tuque, les mitaines, le foulard et le sac d’éducation physique. En plus, on a toujours peur de se faire voler nos choses ou de les retrouver à l’autre bout de notre petite école, parce qu’elles ont voyagé par coups de pieds.

Si on avait plus d’espace dans les corridors, on se bousculerait moins et tous les amis seraient heureux. Nous souhaitons voir l’agrandissement de l’école St-Bernard se réaliser le plus tôt possible. Monsieur le Ministre, vous seul pouvez résoudre ce problème.

Merci de votre aide.b.gif#asset:5741

Inauguration – Agrandissement de l’école St-Bernard – La population tenue à l’écart

Lucie Mayrand – Juin-Juillet 1997

L’inauguration officielle de l’agrandissement de l’école St-Bernard s’est faite lundi, le 5 mai 1997. La population d’Évain n’a pas été invitée à assister à cet événement d’importance.

Un court mot de la directrice, Georgette Cyrenne, dans l’édition d’avril 1997 d’ENSEMBLE, annonçait l’inauguration officielle, sans pouvoir mentionner de date précise car on attendait de mieux connaître la disponibilité du ministre Trudel.

Puis, certains ont reçu des invitations à la dernière minute (même si la lettre d’invitation de la C.S.R.N. est datée du 17 avril 1997) et d’autres n’en ont pas reçues. Parmi ceux-ci, des citoyens qui s’étaient impliqués à tous les niveaux, même financièrement (locaux temporaires), ont exprimé leur déception de n’avoir pu vivre ce moment extrêmement significatif pour eux.

Ce projet d’agrandissement, parti d’efforts communautaires, visait à l’origine le maintien des jeunes du primaire dans leur milieu. La Commission scolaire Rouyn-Noranda n’était pas d’accord avec ce projet, préférant combler les bancs libres d’une des écoles de la ville.

Questionné sur cette « discrète inauguration de l’école St-Bernard », le maire Gravel a trouvé dommage qu’il y ait eu des omissions. Il a ajouté que l’école appartient à la Commission scolaire et que c’est elle qui s’occupait de lancer les invitations. Certains conseillers ont même précisé avoir reçu leur invitation à la dernière minute. Toutefois, on pouvait y lire : « La Commission scolaire de Rouyn-Noranda et la municipalité d’Évain ont le plaisir de vous inviter… »

La conseillère Leroux-Rheault a suggéré qu’une demande soit faite par la municipalité à la Commission scolaire Rouyn-Noranda afin de corriger la situation et que la population soit invitée à une visite de sa nouvelle école.b.gif#asset:5741

Articles parus dans le journal Ensemble pour bâtir, en mai 2017, avec la reprise d'articles publiés en 1979, 1985, 1991 et 1997.
Voir les articles : Survol des 40 ans du journal Ensemble...b.gif#asset:5741

Articles dans la catégorie

Activités dans nos écoles

Des dizaines d’enfants, plusieurs fois par jour, empruntent la traverse de piétons entre l'école et la garderie scolaire...

Conseils sur l'usage sécuritaire des sacs à dos pour les écoliers...

Faire le tour du monde dans une classe, faire naitre des poussins, apprendre des jeux de société...