Centre communautaire d'Évain Au Centre communautaire d'Évain

Par Journal Ensemble

Dans la série "Petite histoire du journal"

Le Centre communautaire d'Évain

Par Louiselle Luneau

Après avoir relu les premières éditions du journal, j’ai pu constater que de nombreux articles ont été rédigés sur le projet de la construction du Centre communautaire. Ce dossier n’a pas été facile à rendre possible. Il y a eu deux référendums, un comité qui s’est opposé à ce projet et la mise sur pied d’un comité de financement pour atteindre un objectif de 300 000 $. Voici quelques articles tirés pour vous faire revivre la saga du Centre communautaire. 

En 2017, le Centre communautaire répond toujours aux besoins de la population. Il a même fait peau neuve, ce qui signifie que ce projet a été plus que positif pour le développement de notre communauté.

Le Centre communautaire – Bâtir son milieu

Maurice Descoteaux – Mai-juin 1979

Le Conseil municipal a tenu au moins cinq assemblées, à ce jour, dans le but d’exposer les plans du projet du centre communautaire à Évain. On estime à une centaine environ les assistances à ces réunions. En plus d’être une occasion de dévoiler le projet, ces assemblées visaient aussi à connaître les réactions des gens. Or, il semble qu’on est satisfait, en grande majorité, des intentions du Conseil. On voit même avec un certain enthousiasme l’érection prochaine d’un Centre communautaire.

Origines du projet

Pourquoi un Centre communautaire ici? C’est à cette question que répondait l’exposé de notre maire, M. Roger Cotnoir.

D’abord, affirme M. Cotnoir, ce projet est le fruit de plusieurs demandes. Ce n’est pas d’hier que plusieurs organismes exigent plus de locaux. Le sous-sol de l’église a été très bien aménagé; depuis trois ans, il sert à beaucoup de groupes, autant pour les fêtes que pour des assemblées. Mais il est nettement insuffisant. Plus Évain prend de l’expansion, plus sa population s’accroît, plus il faut d’espace pour réunir ces gens.

A ce propos, les Dames Fermières notamment, mais d’autres mouvements aussi, comme les Scouts, ont fait la demande d’un Centre communautaire. Mais on se souviendra que c’est surtout le Café paroissial qui émettait formellement le vœux de voir se construire ici un lieu de rassemblement populaire, et ce dès l’automne dernier.

Initialement, le projet devrait contenir surtout les bureaux de la municipalité et un nombre suffisant de locaux ou de salles de réunion. Ce n’est que plus tard que vint s’ajouter l’idée d’une patinoire. A cette étape du projet, on a pensé réaliser immédiatement toutes les études en vue d’une glace artificielle.

Celle-ci n’est pas pourtant pas obligatoire. Mais devant l’engorgement des centres sportifs de la ville, nous pouvons escompter une utilisation maximale de la glace. Peut-être vaut-il mieux se doter aussitôt d’une glace artificielle? De toute façon, il faudrait déjà préparer le terrain en fonction de celle-ci.

Le projet prenait dès lors des proportions insoupçonnées. Aussi, on jugea nécessaire de faire réaliser les plans par une firme d’architectes. Les travaux furent confiés à la maison Boulianne et Bart de Rouyn. De la sorte, on saurait que les plans sont conformes aux exigences gouvernementales; de plus, les estimations seraient plus précises. C’est ainsi que nous savons maintenant que l’ensemble du projet est évalué à quelque $ 1 587 000.

Une valeur sentimentale

Dès réception des plans, le Conseil municipal s’est montré entièrement favorable au projet. C’est à l’unanimité que l’on a accepté. Mais pour nos représentants municipaux, le Centre ne serait pas fonctionnel; il ne ferait pas qu’ajouter des services. Il recèlerait d’abord des valeurs sentimentales.

La majorité, sinon tous, nous orientons nos activités vers les villes sœurs : que ce soit pour le travail, les loisirs ou même les achats. Ceci est un fait. La conséquence la plus grave de cet état de chose reste le déracinement. Notre résidente ne nous sert plus que de dortoir. Bientôt, le voisin devient un trouble-fête. Nous voulons nous isoler. Nous cherchons le silence et la tranquillité : comme dans ces vastes banlieues impersonnelles. Tout à fait l’atmosphère d’un dortoir!

Pour plusieurs, ce n’est pas là une vie sociale, une vie commune. Ceux qui sont d’Évain depuis longtemps en savent quelque chose. Or, dans l’esprit de nos conseillers et de plusieurs autres, un Centre communautaire devient une urgente nécessité. Il serait un lieu de rassemblement bénéfique. Il permettrait l’échange, les rencontres joyeuses, la solidarité nécessaire à toute communauté vivante. Comme l’affirme M. le maire, « il faut s’organiser avant de se faire organiser ».

C’est dans cet esprit qu’est né et que s’est développé de projet. Et c’est à un vaste ralliement que nous convie le maire et tout le Conseil municipal. Le Centre communautaire apparaît comme une nécessité pour plusieurs. Ce doit l’être pour tous.

Projet d’un Centre communautaire – Campagne de souscription au début d’octobre

Jean-Paul Michaud – Septembre 1979

Le Comité de financement du projet d’un Centre communautaire à Évain débutera sa campagne de financement au début d’octobre prochain, afin de recueillir les fonds de départ pour la réalisation du projet. L’objectif de la campagne de financement est de $300 000. Une formule de souscription individuelle est prévue à cet effet de même qu’un pamphlet expliquant les modalités de financement, la raison d’être du projet, et des indications sur ses opérations. Selon le maire Roger Cotnoir, la souscription locale permettra de vérifier l’opinion de la population locale sur la question d’un centre communautaire doté de salles à usage multiple ainsi qu’une glace artificielle. Un don de $300 est demandé au citoyen qui se dit d’accord avec le projet déjà décrit dans un numéro spécial du journal Ensemble.

Par ailleurs, selon M. Jean-Marc Jenkins publiciste au Comité de financement, des demandes d’appui et d’aide au projet ont déjà été faites au palier gouvernemental ainsi qu’au niveau des députés de la région. On semble tout optimiste au Comité de financement et les difficultés rencontrées par la ville de Rouyn auprès de Québec quant à la construction d’une deuxième glace artificielle à Rouyn n’ont même pas été discutées selon le publiciste : « le projet d’Évain est différent ». On annonce ainsi qu’une réponse sera faite aux objections rencontrées dans le milieu au sujet de la glace artificielle.

Le Centre communautaire est inauguré devant quelques 400 personnes à Évain

Maurice Descoteaux – Mars 1982

C’est toute une brochette de personnalités bien connues des citoyens qui se sont données rendez-vous au centre communautaire d’Évain, le dimanche 28 février dernier, alors que le conseil municipal a inauguré officiellement son nouvel édifice. Près de 400 personnes ont bravé le froid qui persistait à l’intérieur du centre pour accueillir ces personnalités et assister à la cérémonie.

La première phase est réalisée. Il faut maintenant 225 000$ pour la deuxième phase. Cette phase est nécessaire pour achever la partie avant qui renfermera les bureaux de la municipalité au rez-de-chaussée, les locaux laissés à la disposition des mouvements, au sous-sol et la grande salle de réception à l’étage. Dès le début de cette campagne de la deuxième phase, plus de 25 000$ sont déjà amassé, puisque le gérant de Mines Noranda, M. Peter L. Fowler, a remis au comité un chèque au montant de 5 000$. Le Club Lions de Rouyn Centre y allait, pour sa part, avec un don de 10 000$. On remarquera de même que la « machine à glace » est un don du Club Rotary.

Inauguration du Centre communautaire en 1982
On procède à la traditionnelle coupure du ruban : (de gauche à droite) MM. Gilles Baril, Roger Cotnoir, François Gendron, Claude Gagnon et Henri Tousignant.
 

Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, en avril 2017, avec la reprise d'articles parus en 1979 et 1982.
Voir aussi : Survol des 40 ans du journal Ensemble...

Articles dans la catégorie

Le village d'Évain

Au HLM de la Montagne, il y aurait cinq logements libres, mais aucun disponible...

L'Agence d’impact du Canada est d'avis que le projet est susceptible d'entraîner des effets négatifs...

Au sujet de la planification des travaux et de l’entretien routier à la Ville de Rouyn-Noranda...