D'où viennent les vacances?

Lac Clair

Par Journal Ensemble

Contrairement au monde agricole où le rythme de travail continu est variable selon les saisons et où les périodes d’arrêt permettent aux gens de prendre du repos, les civilisations urbaines donnent naissance au concept de vacances.

Dès le Moyen-Âge, en Europe, il existe déjà des vacances pour ceux qui vont à l’université afin de permettre aux étudiants de travailler dans les champs. Cela leur permet de reposer leur esprit pour « entraîner » leur corps! Plus tard, au XIXe siècle, les vacances deviennent une coutume répandue parmi les aristocrates et les bourgeois. Ils quittent leurs demeures principales (qui deviennent vacantes) pour se rendre dans les résidences secondaires. Là, ils profitent de la nature et du grand air.

En Angleterre où l’industrialisation se concrétise rapidement, les Anglais sont les premiers à populariser les stations balnéaires. Puis, vers de la fin des années quarante, avec l'apparition des congés qui se concentrent dans la période estivale, les vacances deviennent plutôt un moment où l'on bouge, où l'on voyage et l'on découvre de nouveaux horizons. Les vacances deviennent un moment d'aventures et de découvertes qui conservent l'idée du ressourcement et du laisser-vivre.

Même si les déplacements ou les voyages restent inaccessibles pour un grand nombre de personnes et de familles, on se permet de rêver au jour où on pourra partir en « vacances » dans un lieu exotique!

En attendant, la belle saison arrive et toute l’équipe du journal « Ensemble pour bâtir » vous souhaite un agréable temps de repos en compagnie des personnes qui vous sont chères!

 

Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, été 2015.
Photo : Lac Clair, Cloutier, par Raymonde Poitras

Articles dans la catégorie

Fêtes

Soulignons la chance qu’ont certaines jeunes familles de pouvoir compter sur des grand-mères dévouées et présentes...

Sachons apprécier tous les instants de bonheur qui nous sont donnés...

Que deviendra Max, le superbe bonhomme de neige, s’il est tout seul à Noël ?