À l’heure où le cannabis sera légalisé, il faut s’en parler!

Feuille

Par Diane Gaudet Bergeron

Les entreprises auront tout intérêt à revoir leurs politiques et à interdire la consommation de cannabis tout comme l’alcool pendant les heures de travail. C’est ce que les spécialistes sur la question proposent car, disent-ils, il ne faut pas dramatiser la situation mais il ne faut pas non plus faire l’autruche. La consommation du cannabis est là et les entreprises devront faire avec. Les entreprises ont toutefois le devoir d’assurer la sécurité de leurs employés. 

Voici quelques statistiques :
La vente du cannabis même illégale se situait en 2015 à plus ou moins 5 milliards de dollars au Canada. La consommation serait, semble-t-il, à la hausse au pays et serait passée de 231 tonnes en 1975 à 300 tonnes en 1990 et en 2015 à 645 tonnes. Entre 1960 et 1980 c’était les jeunes entre 15 et 24 ans qui consommaient, mais aujourd’hui il en est tout autrement. Les 15 à 24 ans représentent 32% des consommateurs alors que les 25 à 44 ans c’est 45% et les 45 à 64 ans 23%. Selon Statistique Canada, 1 200 $ par année serait la moyenne dépensée par personne en cannabis au Canada. 

Même s'il est très bien organisé, le marché noir risque de disparaître si le prix fixé est assez bas pour le concurrencer sans toutefois encourager la consommation. D’après le journal des Affaires « la consommation ne risque pas d’exploser du jour au lendemain de la légalisation mais peut-être plus à long terme ». Toutefois les gens pourraient être tentés d’expérimenter dès la législation passée, mais qui peut prédire l’avenir ? 

Le cannabis diminue l’attention, le jugement, le temps de réaction et augmente l’insouciance sans compter les autres effets reliés à sa combinaison avec la prise de médicaments. 

Les plus inquiets semblent les propriétaires de logements qui ont la crainte de voir la fumée des uns incommoder les autres. Là encore, ce sera à eux d’en interdire la consommation à leurs locataires, sous peine de se voir expulsés. 

Le gouvernement, pour sa part, y gagnera en taxes et récupérera le temps et l’énergie qu’il perd à prendre en chasse les actuels consommateurs en gardant dans ses poches l’argent dépensé en procédures judiciaires liées à la consommation illégale. Le consommateur évitera par le même coup des dossiers judiciaires pour la simple consommation. 

Cette loi diminuera également le temps que les juges et avocats mettent dans ce genre de causes leur permettant de pourchasser les vrais criminels.

 

Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, juin 2018. 
Pour plus d'informations : Encadrement du cannabis au Québec...

Articles dans la catégorie

Divers

Interdiction de consommer du cannabis dans les lieux publics, en plus des endroits où le tabac est déjà interdit...

Repérer les effets possibles de la consommation du cannabis chez les jeunes...

Les endroits où la culture, la vente ou la consommation du cannabis seront autorisées à Rouyn-Noranda...