Le monde a changé, l’assurance-chômage doit changer

Assurance-emploi

Par Louiselle Luneau

Équité pour toutes et tous

Dans le cadre de la présente campagne électorale fédérale, le Conseil National Élargi des chômeuses et des chômeurs (CNECC), composé de plusieurs groupes de défense collective des droits à travers le Québec, dont le mandat est de supporter les personnes aux prises avec des difficultés lors de leur demande d’assurance-emploi, lance également une campagne de revendications.

Chômage Action de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec est membre de cette organisation nationale.

Réunis en instances en avril dernier, les différents groupes ont travaillé et adopté un programme d’assurance-chômage du 21e siècle, adapté aux réalités nouvelles et assurant de meilleures protections sociales pour l’ensemble des travailleuses et travailleurs se retrouvant en situation de chômage à certaines périodes au cours de leur carrière professionnelle.

À la suite des nombreuses coupures et compressions, le programme actuel ne répond plus aux réalités diverses du monde du travail. La campagne menée actuellement a un objectif précis : une réforme majeure de l’assurance-chômage.

Les propositions dégagées par le CNECC visent un régime moderne, sensé, équilibré, moins compliqué et surtout plus protecteur pour toutes et tous :

  • Critère unique d’admissibilité fixé à 525 heures avec une mesure d’exception pour les régions à haut taux de chômage ou à prédominance d’emploi saisonnier : 420 heures. Actuellement, les heures d’admissibilité sont fixées en fonction du taux de chômage par région et sont variables.
  • Période universelle de prestations de 35 semaines. Par contre, octroyer une période de 50 semaines pour les personnes âgées de 50 ans et plus. Le nombre de semaines est actuellement fixé en fonction du taux de chômage par région et revu chaque mois.
  • Taux de prestations rehaussé à 60% au lieu de 55% et au 2/3 du salaire pour celles et ceux qui ont des personnes à charge. Le taux de prestations est actuellement de 55% du salaire avec un maximum annuel.
  • Prestations de maladie rehaussées à 25 semaines au lieu de 15 semaines et de 50 semaines pour les personnes atteintes d’une maladie grave et ne bénéficiant pas d’une assurance collective.

Durant cette campagne, nous allons interpeller les candidates et les candidats afin de recueillir leurs positions en regard de l’amélioration du régime d’assurance-chômage au Canada.

Nous militons pour un régime global du programme afin d’obtenir de meilleures protections pour les travailleuses et les travailleurs en situation de chômage et qui répondra mieux à la diversité des réalités du monde du travail.

Pour plus de renseignements et pour consulter les autres propositions, le document « Un programme d’assurance-chômage du 21e siècle » est disponible gratuitement sur le site http://cnecc.ca/.

 

Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, octobre 2019.

Articles dans la catégorie

Politiques sociales

Normes afin de faciliter la conciliation famille-travail: vacances, congés, absences et plus...

Une entreprise d’économie sociale est un projet d’affaires rentable, bâti à partir d’une mission sociale...

Le salaire minimum comparé à celui de hauts dirigeants...