Dénoncer les impacts de l’exploitation minière

Aldermac

Par Louiselle Luneau

Le 2 octobre dernier, j’ai participé avec plusieurs femmes de la région à l’accueil de la caravane féministe à Val d’Or pour dénoncer les impacts socioéconomiques et environnementaux de l’exploitation minière, particulièrement celles des mines à ciel ouvert qui sont en développement actuellement dans la région.

Cette action s’est inscrite dans le cadre de la Caravane de la marche mondiale des femmes 2015 qui parcourt les régions du Québec à la rencontre des féministes qui organisent des activités depuis le 24 septembre jusqu’au 17 octobre.

Cette caravane vise à renforcer les solidarités entre les femmes et à mettre de l’avant les résistances et les alternatives qu’elles développent pour transformer une société qui contrôle nos corps, notre Terre et confisque nos territoires.

L’accueil de la Caravane des résistances et solidarités féministes s’est fait au Parc Bourlamaque. Les manifestantes se sont rendues à proximité du carrefour giratoire à l’entrée sud de la ville, soit près du trou laissé par l’ancienne mine à ciel ouvert Sigma-Lamaque. Lors de cette activité, les femmes ont dressé un mur de résistance pour dénoncer les impacts de l’exploitation minière aux plans environnemental, social et économique.

Les femmes ne sont pas contre l’exploitation minière mais elles sont contre la façon dont elle s’effectue présentement. Elles revendiquent, à l’instar de la Coalition pour que le Québec ait meilleure mine, un resserrement des normes encadrant le secteur minier pour une exploitation minière respectueuse de l’environnement et des communautés.

Sous le thème, « Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires », les militantes de la marche mondiale des femmes se sont engagées depuis le 8 mars dans une large mobilisation où s’est inscrite l’action des femmes de la région le 2 octobre. En solidarité avec les femmes d’ici et d’ailleurs, elles ont choisi d’ancrer leurs actions dans la lutte à l’austérité, à la destruction environnementale et au contrôle des territoires du Québec, au Canada et ailleurs dans le monde.

Toutes ces actions s’inscrivent dans le cadre de la 4e Action Internationale de la marche mondiale des femmes qui mobilise des femmes dans plus de 60 pays à travers le monde depuis le 8 mars jusqu’au 17 octobre 2015.

Elles revendiquent une société basée sur des valeurs de solidarité, de liberté, d’égalité, de justice et de paix.

 

Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, novembre 2015.

Articles complémentaires :
La marche mondiale des femmes 2015
Marche mondiale des femmes 2015
 

Radio-Canada : "Des femmes revendiquent une exploitation minière responsable..."

Articles dans la catégorie

Politiques sociales

Une entreprise d’économie sociale est un projet d’affaires rentable, bâti à partir d’une mission sociale...

Le salaire minimum comparé à celui de hauts dirigeants...

Un service gratuit pour compléter les rapports d'impôts des personnes assistées sociales...