Un grand parmi les nôtres nous a quittés: Jacques Gélinas

Jacques Gelinas M. Jacques Gélinas

Par Diane Gaudet Bergeron

Le 1er janvier 2020, M. Jacques Gélinas nous a quittés à la suite de longues années de combat pour la vie. Tout a commencé il y a dix ans, à la suite d’une opération au foie au Centre hospitalier Rouyn-Noranda. L’opération laissa de sérieux problèmes sur son passage dont un choc septique, suivi d’un coma de deux mois. Son entourage a cru qu’il était dans ses derniers instants. Jacques nous démontra toute sa force en passant au travers toutes ces difficultés et il est revenu parmi les siens. Il a dû réapprendre à manger, à marcher, à parler et à écrire. Il devait tout réapprendre, mais il y parvint. Tous ces problèmes ne laissent pas une personne sans d’autres séquelles.

Son manque d’énergie l’obligea à réduire ses heures de travail et en arriver qu’à accomplir ses tâches personnelles. Son état de santé nécessita plusieurs séjours au Centre hospitalier Rouyn-Noranda. Lors de sa dernière hospitalisation, un transfert vers le Centre hospitalier universitaire de Montréal fut obligatoire. C’est là que le verdict est tombé. Son cœur et ses poumons étaient à bout de forces. La médecine ne pouvait plus grand-chose pour lui. Ce fut donc un retour au Centre hospitalier Rouyn-Noranda.

Le 23 décembre, Jacques est heureux de se retrouver à la maison avec les siens. Le 31 décembre sera le retour au Centre hospitalier Rouyn-Noranda, pour y décéder le premier jour de janvier. 

Jacques : Un homme très travaillant. C’est ce qu’il préférait le plus dans la vie, travailler, selon les dires de Nicole, son épouse de près de 50 ans de mariage. 

Très jeune, il était déjà un bénévole dans l’âme, aidant ses voisins et parents lors des foins. Pompier pendant 40 ans et chef pompier pendant plus de 15 ans, père de famille; mécanicien soudeur de profession, il démarra Gélinas Stewart, mécanique générale, fut directeur chez Témisko et directeur des services publics à la municipalité d’Évain pendant plusieurs années.

M. Jacques Gélinas, pompier

En 2000, il démarra l’entreprise Géliko avec Guillaume Barrette et a su intéresser son fils François en l’associant à ses affaires. Celui-ci prit d’ailleurs la relève pour administrer la compagnie avec ses associés. Cette entreprise est toujours en fonction et prend de plus en plus d’expansion. 

Le salon funéraire était tout aussi rempli que l’église lors des obsèques. Une très grande partie des résidents d’Évain ont participé à ses derniers adieux. Ce fut des obsèques religieuses avec trois prêtres et des chants de madame Nancy Nadeau. Un grand merci à cet homme qui a eu une vie bien remplie.

 

Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, février 2020.
Photos : Gracieuseté.