La paternité et son évolution

Peres

Par Stéfanie Trahan

Nous voilà déjà rendus à la fête des pères. Pour cette occasion, il m'est apparu normal de prendre quelques minutes pour rendre hommage aux pères, ces hommes qui ont un rôle important, ceux qui dans nos yeux d'enfants sont bien souvent nos premiers héros et modèles. Ces papas qui ont vu avec les années leur rôle évoluer grandement. D'ailleurs, c'est en pensant à cette évolution de la paternité que j'ai eu le goût de parler de ces changements. Voici les réflexions d'une fille et d'une mère sur le papa d'avant et de maintenant.

En 1980

Mon père est devenu papa la toute première fois en 1980 lorsque mon frère aîné a vu le jour. À ce moment-là, aucun accommodement n'existait vraiment pour qu'il puisse s'absenter de son travail et rester auprès du bébé et de ma mère. Ils me disaient qu'ils se sont "arrangés" pour être sûr que tout se passe bien. Ma mère me racontait que mon père a pu assister à la naissance de mon frère. Par contre, mon grand-père ne le pouvait pas et il n’était pas non plus autorisé à dormir avec sa femme à l’hôpital. Mon père me disait que même s'il ne s'est jamais senti mis de côté, il n'avait pas d'autre modèle de figure paternelle que celle du pourvoyeur, le père veillant au confort et à la sécurité de ses enfants en s'assurant de rapporter de l'argent à la maison. De plus, je me souviens que le papa était aussi la figure autoritaire : "Si tu n'écoutes pas, je vais le dire à ton père à son retour du travail." L'éducation et les soins concernant le nouveau-né étaient des tâches attribuées à la femme.

En 2009

Depuis la dernière décennie, les choses ont bien changé. Le nouveau papa a accès à un congé de paternité pouvant aller jusqu'à cinq semaines. Il peut aussi prolonger le tout en partageant avec sa conjointe quelques semaines du congé parental offert au Québec, un régime qui permet sans contredit le développement d'une relation père-bébé ainsi que de valoriser l'importance du papa dans la vie de son enfant. Pendant longtemps, on disait que tout ce dont avait de besoin un nouveau-né dans sa première année de vie, c'était la présence de sa maman; maintenant, dès la grossesse on parle de l'importance de l'implication du père pour développer un lien avec son enfant, et ce, dès les premiers instants de vie. Les changements de couche, les promenades en poussette et l'heure du bain sont maintenant des choses que les papas font de plus en plus. D'ailleurs, un signe de cette évolution : pour répondre aux demandes de la clientèle, il y a maintenant dans certains établissements des tables à langer dans les toilettes pour hommes.

Mon père était à sa façon un papa extraordinaire. Il faisait tout ce qu'il pouvait avec ce qu'on lui avait donné. Il travaillait beaucoup car c'était sa façon de nous assurer confort et sécurité. Le plus important : je savais que je pouvais compter sur lui.

Mon conjoint est un papa différent de mon père. Il a eu la chance de rester plusieurs semaines seul avec nos enfants pour prendre soin d'eux. Il a la possibilité à son travail de s'absenter pour participer aux activités importantes et aux rendez-vous des enfants avec moi. Bref, il est un père profitant pleinement du temps avec ses enfants car son milieu de travail lui permet de le faire. Toutefois, ce qui n'a pas changé et qui sera probablement toujours ainsi : il est le super-héros de nos 3 fils et ils savent qu'il sera toujours là pour eux.

Bonne fête des pères à tous ces papas!

 

Article paru dans le journal Ensemble pour bâtir, été 2014.

Articles dans la catégorie

Chronique-humeur

Des dizaines d’enfants, plusieurs fois par jour, empruntent la traverse de piétons entre l'école et la garderie scolaire...

Faire face au quotidien avec un plâtre...

Dans les rues, soyons attentifs aux traverses pour piétons...